Affoussy Bamba, porte-parole des FN prévient : “Le travail de Sagem ne peut pas être remis en cause”

Publié le par sethkokohongrie

affoussy.JPGLes Forces nouvelles ont réagi, hier, à l’enquête commanditée par le chef de l’Etat sur les présumés pots-de-vin qui auraient été versés au ministre Désiré Tagro et à Guillaume Soro. De l’avis de la porte-parole du mouvement, Affoussy Bamba, il serait incongru de mêler le nom du Premier ministre à une affaire de dessous de table qui aurait été versés par Sagem-Sécurité.

Depuis plusieurs semaines, l’actualité politique est dominée par des affaires de trafic d’influences à l’école nationale de police, de corruptions et d’enrichissement illicite, révélées à l’opinion publique à l’occasion d’un débat interne au Fpi.

Ces désaccords, relayés par voie de presse, ont atteint un point tel que le chef de l’Etat a saisi le procureur de la République d’Abidjan aux fins de vérifier l’implication du ministre de l’Intérieur dans ces affaires précitées.

Les Forces nouvelles approuvent la volonté du chef de l’Etat de renforcer la moralisation de la vie publique en Côte d’Ivoire, pour autant, elles notent avec stupéfaction que, par une allusion aussi insidieuse que farfelue, leur Secrétaire général, par ailleurs Premier ministre, soit cité dans une ténébreuse affaire de commission de dix (10) milliards de francs Cfa versée par la société Sagem-Sécurité.

C’est le lieu de rappeler que c’est à une époque où il n’était pas encore à la Primature, qu’un appel à manifestation d’intérêt, a été initié par un comité de sélection, présidé par monsieur Bohoun Bouabré, ministre d’Etat, ministre du Plan et du Développement, avec la participation du Haut Représentant pour les questions Electorales des Nations Unies, monsieur Studman.
Le 20 novembre 2006, sur six entreprises de référence internationale qui avaient été présélectionnées, et reçu un dossier d’appel d’offres respectant les normes internationales, ce comité de sélection a retenu la société Sagem-Sécurité comme opérateur du processus électoral après l’examen des différentes offres techniques.

Le 6 mars 2007, le Conseil du gouvernement a pris acte des conclusions de l’analyse de l’offre et autorisé le ministre de l’Economie et des Finances à ouvrir des négociations financières avec la société Sagem-Sécurité.

Nommé Premier ministre de l’Etat de Côte d’Ivoire par décret n° 2007-459, c’est-à-dire le 29 mars 2007, soit environ quatre mois après le choix de la société Sagem-Sécurité, celle-ci n’était nullement redevable de quelque manière que ce soit au Secrétaire général des Forces nouvelles, et n’avait donc aucune raison de lui verser quelque commission que ce soit.

Le 28 novembre 2007, la signature à Korhogo de l’Accord Complémentaire II par les deux parties à l’Accord Politique de Ouagadougou n’était que l’homologation d’un choix déjà opéré à la date suscitée.

Les Forces nouvelles constatent et déplorent que, depuis la signature de l’Accord Politique de Ouagadougou, les farouches opposants à sa mise en œuvre se sont, de tout temps, illustrés dans la calomnie et le dénigrement, les allégations et, les insinuations à l’encontre du Premier ministre relèvent de la même stratégie.

Cette énième tentative, comme les précédentes échoue à jeter le discrédit et l’opprobre sur le Premier ministre et confirme ainsi son honorabilité et son intégrité qui n’ont jamais été pris à défaut.
Les Forces nouvelles sont conscientes que le vœu le plus cher des Ivoiriennes et des Ivoiriens, aujourd’hui, est l’obtention de leur carte d’identité, la fixation de la date des élections et l’organisation, dans les meilleurs délais, d’un scrutin crédible et apaisé.

Aucune manœuvre de diversion ne peut les détourner de cet objectif ; c’est pourquoi, elles se félicitent que le processus de sortie de crise soit entré dans la dernière phase avant la publication de la liste électorale définitive et, c’est le lieu de saluer la société Sagem-Sécurité pour le travail remarquable qui a été accompli et qui ne doit pas être remis en cause.

Les Forces nouvelles appellent les Ivoiriennes, les Ivoiriens, les amis et habitants de la Côte d’Ivoire à partager avec elles la sérénité qu’elles observent face à cette situation.

Dans cette sérénité, les Forces nouvelles entendent poursuivre inexorablement leur marche vers la sortie de crise comme en témoigne le processus d’encasernement qui a démarré et qui sera conduit à son terme.

Fait à Bouaké, le 25 juin 2010

Le porte-parole
Me Affoussy Bamba

Publié dans News Abidjan

Commenter cet article