Après sa rencontre avec la gendarmerie - Soro Guillaume pour le procès des gendarmes

Publié le par sethkokohongrie

SO2.jpgLe Premier ministre, ministre de la Défense, Guillaume Soro, a eu une rencontre, le samedi 24 décembre 2011, avec le commandant supérieur de la Gendarmerie nationale, le commandant Gervais Kouassi, et les commandants de légions, des écoles et des unités spécialisées. A l’instar des militaires, sont venus prendre des instructions fermes de la part du chef du Gouvernement, en présence du ministre délégué à la Défense, Paul Koffi Koffi. Comme à leurs frères d’armes, Soro Guillaume a signifié aux gendarmes la nécessité de rétablir la discipline et l’ordre en leur sein, pour rassurer la population et mériter sa confiance. « Nous allons faire une tournée dans les régions militaires, dans les légions de gendarmerie, non seulement pour parler aux officiers, mais aussi pour parler à la troupe. La Côte d’Ivoire et les Ivoiriens ont besoin de parler à leur armée, à leur gendarmerie nationale. Les gendarmes, les militaires doivent se donner pour objectif d’être l’ami du citoyen. Il faut que le citoyen n’ait pas peur de la Gendarmerie nationale, n’ait pas peur de l’Armée. Il faut que le citoyen sache qu’il a un protecteur, c’est le gendarme, c’est le militaire », a recommandé Soro Guillaume aux gendarmes. Par ailleurs, le Premier ministre a indiqué qu’après une grande tournée qu’il prévoit faire bientôt sur l’ensemble du territoire pour parler aux troupes, les gendarmes seront soumis à un exercice de catharsis, où la population pourra dire ce qu’elle leur reproche. Ainsi, les gendarmes en profiteront pour expliquer à la population leur mission et son bien-fondé. « Parce que, la vérité n’est dans un seul camp. La vérité est relative ; elle est parfois chez l’un et aussi chez l’autre. On ne peut pas reprocher aux gendarmes de vous arrêter quand vous partez voler la nuit, on ne peut pas non plus reprocher au citoyen de souhaiter vivre en sécurité. Donc, il y a une interaction intelligente qu’il faut avoir. Et, avec le commandement, nous allons nous essayer à cet exercice », a-t-il justifié. Concernant la suppression des barrages, le chef du gouvernement a tenu à faire des précisions. « Nous, nous appliquons les décisions du président de la République. Il a dit : ‘’plus de barrages!’’ Il y a une police militaire qui a été mise en place. Cette police militaire est chargée de traquer les faux Frci parce que vous savez, malheureusement, tous les brigands, pour peu qu’ils soient intelligents, se procurent un treillis, badigeonnent les véhicules de sigles ou insignes de l’armée et puis vont commettre, même pas des larcins, mais des actes de grand banditisme et on accuse les Frci. J’ai dit aux Frci, la population a raison de vous accuser. Maintenant, c’est à vous de montrer qu’il y a des usurpateurs qui sont dans vos rangs et c’est à vous de les traquer. Et c’est ce à quoi la gendarmerie et l’armée se livrent », a-t-il conclu.
Source:Le Mandat
ADAYE KOUAKOU

ACSCI TV

 

 


 

Publié dans Vue dans la presse

Commenter cet article