Bilan de l’ACSCI des 4 mois de gestion d’Alassane Ouattara

Publié le par sethkokohongrie


  Bonjour Ivoiriens, ivoiriennes, chers amis de la côte d’ivoire,

 

C’est avec une grande fierté que nous venons faire le point sur la situation sociale et politique de notre pays depuis le 5 mai 2011, date de notre dernière analyse.

Après la grande crise qui a duré 10 ans, et la récente crise meurtrière post-électorale, qui elle, en 4 mois a déstructurée l’appareil de l’état ; Il nous était difficile de croire que notre administration pouvait reprendre son fonctionnement aussi rapidement. Cela témoigne de la volonté du nouveau président de la République et son gouvernement à reconstruire le pays et à redonner espoir et confiance aux populations ivoiriennes.

Après son investiture le 21 mai dernier, nous ACSCI constatons que le  nouveau président s’est aussitôt mis au travail : Abidjan ayant retrouvé un calme quasi normal, cela a permis une reprise rapide des activités économiques. Par la suite, des exemples de rigueur et de bonne gouvernance économique ont été donnés par le chef de l’état lui-même.

 


 

 

acsci COTEDIVOIREAu plan diplomatique, nous constatons que notre pays a renoué avec une diplomatie respectueuse des règles internationales de gouvernance ; les investisseurs et les bailleurs de fond rassurés, reviennent progressivement dans notre pays  en toute sérénité.

 

Au plan sanitaire, la ville d’Abidjan qui était l’une des capitales les plus insalubres de la sous région refait sa toilette ; et ceci avec le minimum de moyens dont disposent les ministères affectés à cette tâche. C’est donc le lieu d’adresser nos félicitions à ces ministères.

   

Par ailleurs nous indiquons que le processus de déguerpissement des commerçants qui est en cours et qui se poursuivra dans les villes de l'intérieur, crée sans équivoque des personnes sans emploi. Il serait donc judicieux que les ministères de tutelles réfléchissent sur la possibilité d’un  encadrement, ou d’une orientation de ces chômeurs vers des activités modernisées et réglementées…Par exemple que le Ministère de la salubrité propose des endroits adéquats à ceux qui ont perdu leurs lieux de commerce.

 

Au plan de l’emploi, le gouvernement est à pied d’œuvre afin de relancer l’emploi. Nous constatons également une volonté de la diaspora ivoirienne à rentrer au pays afin de faire partie des premiers investisseurs de l’après crise. Pour cela, l’ACSCI suggère au ministère des affaires étrangères de créer une cellule dans nos ambassades pour examiner les projets associatifs ou individuels. Cette cellule pourra orienter, soutenir et encourager le retour au pays, et la création de nouveaux emplois.

 

Au plan sécuritaire, nous constatons une amélioration significative dans les grandes villes telles que : Abidjan, Yamoussoukro, Bouaké, Korhogo, Odienné, San-Pedro. Il faut aussi noter que les arrestations arbitraires que subissaient les populations abidjanaises ont considérablement diminuées, mais il reste encore un effort à consentir.

 

Ceci dit, pendant que les autorités militaires et de la sécurité civile nous rassurent  sur le retour au service de plus de 95% des agents de la gendarmerie et de la police, nous constatons qu’il y a encore des éléments des soldats des FRCI, stationnés dans des villes de l'intérieur, qui utilisent une nouvelle forme de racket et autres violations graves sur les populations.

 

C’est pourquoi nous demandons à Monsieur le président de la République d’accélérer son programme de sécurisation des populations.

 

Sur cette question, nous notons que des villages de l’ouest, du sud-ouest, du centre-est, subissent encore des braquages et des cambriolages les nuits. Nous avons été saisi à plusieurs reprises par des chefs de villages de Soubré, Divo, Lakota, Issia, Daloa Gagnoa, Bouaflé, Adzopé, Ouaragahio, Agnibelekrou, Guiberoua, Gueyo, Bongouanou , Sassandra, etc.

C’est donc l'occasion pour nous d'attirer l’attention de  Monsieur,  le premier ministre, ministre de la défense, ainsi que Monsieur le ministre  de l’intérieur, que les ivoiriens ne sont toujours pas en sécurité dans certaines villes et villages de l'intérieur. Ils sont livrés à eux-mêmes, ou avec des soldats peu scrupuleux,  qui au lieu de les protéger, exercent sur eux des violences et les spolient de leurs biens sous la menace d'armes. Notez que nous sommes à votre disposition afin de vous fournir les preuves et les témoignages dont nous disposons.

Nous insistons sur le fait,  que si la sécurité est revenue dans les grandes villes citées plus haut, ce n’est pas le cas dans certaines villes et villages de l'intérieur du pays.

 

Nous avons aussi été avisés de vols de voitures : parfois, de grosses cylindrées arrachées à leurs propriétaires qui ont subi des changements de plaques d’immatriculations dont les nouveaux acquéreurs circulent en toute impunité dans le pays. C’est pourquoi nous demandons à monsieur le ministre en charge de la sécurité de procéder à des investigations afin de restituer ces voitures volées à leurs propriétaires.

 

A monsieur le premier ministre, nous demandons d’accélérer le processus de d’encasernement des soldats des FRCI qui sont déployés sur l’étendue du territoire, afin de les remplacer par la gendarmerie et la police.

Il faut aussi noter que lorsque nous approchons ces soldats, ils prétextent qu’ils ne reçoivent aucun salaire de la part de l’état. Nous ne pouvons croire à cela  car le contraire ne contribuerait pas au bon fonctionnement de notre système sécuritaire, et encore moins au respect et à l'application des décisions gouvernementales par ces soldats.

 

Au plan de la santé, Nous sommes heureux que nos concitoyens puissent bénéficier de la prise en charge totale des frais dans les hôpitaux. Cependant nous informons le ministère de la santé que non seulement les médicaments manquent dans les hôpitaux, mais nombreux sont ceux qui n’en bénéficient pas à l'intérieur du pays.

 

Enfin, nous réitérons notre admiration ainsi que notre soutien à l’action de notre gouvernement qui œuvre pour un avenir radieux de nos concitoyens.  Il convient de dire que le pouvoir du président de la République M. Alassane Ouattara nous rassure. Sur le plan économique et diplomatique, le résultat est globalement satisfaisant. Notre pays sort d’une grave crise et nous en sommes conscients.

Dieu bénisse la cote d’ivoire.

Pour l’Alliance de la Société Civile Ivoirienne,

Le Fondateur

Seth KOKO

Publié dans Notre devoir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article