Bouaké : Chérif Ousmane prépare son désarmement

Publié le par sethkokohongrie

La cérémonie de prise d’armes qui s’est déroulée, hier, au 1er bataillon de Bouaké a été l’occasion pour Chérif Ousmane de retrouver ses éléments.
Sherif decapotable
Il est 9 heures, hier, au 1er bataillon du Génie militaire de Bouaké. Une file de véhicules 4x4 franchit l’imposant portail du camp militaire. «Parfois construire, souvent détruire, toujours servir », peut-on lire à l’entrée de la grande muraille. Il ne s’agit pas d’un jour ordinaire. Les éléments sont-là pour la traditionnelle cérémonie de prise d’armes hebdomadaire. Celle-ci avait été suspendue du fait de l’absence prolongée du commandant de zone, Chérif Ousmane que certains journaux avaient même annoncé pour mort. Quelques minutes plus tard, c’est bien Chérif Ousmane qui descend de l’un des véhicules de la file. Rien qu’à vue d’œil, c’est un soldat qui respire la grande forme. Coiffé d’un béret vert, les yeux protégés par des lunettes sombres, vêtu d’un complet treillis de combat, le com’zone 3 est accueilli par la fanfare. La place d’armes est envahie par des soldats des 7 unités composant la zone 3. On peut y voir une section des bérets verts, rouges, noirs, bleus. Etaient aussi présentes des sections de la police et de la gendarmerie des Forces nouvelles. Chérif Ousmane passe en revue les troupes, suivi du com’secteur, Soro Dramane. Vient le salut aux couleurs avec les roulements de tambours. Le rapporteur de la zone livre un message qui fait état de la nomination du Commandant Fofié Kouakou Martin par le secrétaire général des Forces nouvelles, depuis le 14 juin, comme commandant du Groupement d’instruction de Korhogo. L’honneur revient ainsi au commandant Chérif Ousmane de prendre la parole. Avant d’aborder les sujets à l’ordre du jour, il s’annonce avec un brin d’humour « je suis de retour ! ». Ces propos arrachent des sourires à la troupe. « Il y a eu les résultats de la visite médicale. Il n’y a pas lieu pour ceux d’entre vous qui n’ont pas été retenus de désespérer. Nous allons tout mettre en œuvre pour vous trouver de quoi faire », a promis le chef militaire. Il confirme une deuxième visite militaire pour les soldats qui n’ont pu se présenter devant le médecin dans le cadre du recrutement des volontaires de l’armée nouvelle (Van) mais aussi de la douane. Celle-ci démarre, lundi prochain. Ce point achevé, le Com’zone est revenu sur les activités sportives à lui dédiées et qui vont meubler toute la semaine prochaine. Ces épreuves sportives ont pour but, selon Chérif Ousmane, de « créer et maintenir la cohésion sociale entre les soldats ». Car, dira-t-il : « Nous avons besoin de sport pour nous maintenir en forme en tant que soldat ». Le commandant de zone a également annoncé la multiplication des stages de formation, invitant pour ce faire les soldats à prendre activement part à toutes les étapes du processus de sortie de crise. Aussi, Chérif Ousmane a-t-il demandé aux soldats volontaires à des stages de formation de déposer des demandes au secrétariat général des Forces nouvelles. Dans la même veine, il informe ses éléments que, dans le cadre du recrutement pour l’armée nouvelle, certains soldats seront démobilisés. Ceux-ci devront, a-t-il préconisé, s’adonner à d’autres métiers que celui des armes. « Il n’y a pas de petit métier. Nous ne devons pas avoir honte du métier qu’on fait. Nous allons donc lancer des opérations pour les démobilisés afin qu’ils travaillent », a indiqué Chérif Ousmane qui a recommandé à ses éléments la « discipline militaire ». « Sans discipline, l’armée n’a pas de sens ni d’importance. La discipline est la force des armées », a insisté l’emblématique commandant qui faisait ainsi, selon certains de ses proches, allusion à l’incident au cours duquel un élément des FaFn, Demcool, a trouvé la mort le 29 avril dernier à Bouaké.

Allah Kouamé à Bouaké

Nord-Sud

Publié dans Désarmement RCI

Commenter cet article