CONFÉRENCE COUR PÉNALE INTERNATIONALE À KAMPALA : La visite d’Oumar El-Béchir au Sénégal met mal à l’aise les Sénégalais

Publié le par sethkokohongrie

L’annonce de la visite au Sénégal du président soudanais, sous le coup d’un mandat d’arrêt de la Cpi depuis mars 2009, est en train de gâcher le séjour de la délégation sénégalaise composée d’Ong et d’autorités du ministère de la Justice. Les Sénégalais souhaiteraient que le gouvernement du Sénégal démente l’information considérée comme une rumeur, car même la Cpi y croit dur comme fer.soudan-2-el

C’est comme un cri du cœur que des membres des Organisations non gouvernementales (Ong) sont en train de lancer au président de la République. Cet appel est lancé depuis Kampala, capitale de l’Ouganda, où se tient la conférence de révision du Statut de Rome de la Cour pénale internationale. Une information circule à cette conférence ouverte depuis avant-hier et met mal à l’aise les Ong sénégalaises en particulier et la délégation sénégalaise en général présentes à cette manifestation. Selon beaucoup de sources présentes à ces lieux et que nous avons contactées, «le bruit court que Oumar El-Béchir sera l’invité de Me Abdoulaye  Wade au Sénégal durant le mois de juin. La rumeur est tellement persistante que même la Cour pénale internationale y croit dur comme fer».  Et une source nous a confié que si cette information n’est pas vérifiée, la présidence de la République doit démentir le plus rapidement l’information, pour que nul n’en ignore.

La venue d’Oumar El-Béchir au Sénégal peut constituer une violation du statut de la Cpi, si l’Etat du Sénégal ne le livre pas à la Cpi dès qu’il va fouler le sol sénégalais. Cela, parce que le président soudanais est sous le coup d’un mandat d’arrêt de la Cpi depuis mars 2009. Ce qui ne l’a pas empêché d’être réélu en avril 2010. Lors de sa prestation de serment le 27, les présidents Bingu Wa Mutharika (Malawi), Issayas Afewerki (Erythrée), Idriss Déby Itno (Tchad), Ismaïl Omar Guelleh (Djibouti), Mohamed Ould Abdelaziz (Mauritanie) et François Bozizé (Centrafrique) ont fait le déplacement.

Depuis quelques mois, le président soudanais est en train de faire des déplacements dans certains pays, histoire de faire un peu de diplomatie. Mais aucun des pays où il s’est rendu n’a consenti à le livrer à la Cour pénale internationale. Cette question fait partie des points inscrits à la conférence de révision du Statut de Rome de la Cpi, qui vise plus à tirer le bilan des  cinq années d’activité de la Cour.

Nos tentatives d’entrer en contact avec le porte-parole du président de la République sont restées vaines. On s’est rabattu sur le ministre d’Etat garde des Sceaux qui doit se rendre à Kampala, qui nous a fait savoir qu’il ne maîtrise pas l’emploi du temps du président de la République.

Écrit par Latir MANE  

Source: Senepresse.com

Une vidéo de Seth Koko pour votre réflexion du jour.


Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos.

Publié dans News inter

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article