Côte d`Ivoire: tirs "à l`arme lourde" dans une ville proche de Yamoussoukro (habitants)

Publié le par sethkokohongrie

Des tirs "à l`arme lourde" ont été entendus
jeudi soir à Tiébissou, ville proche de la capitale politique ivoirienne
Yamoussoukro, située à la lisière de la zone sud sous contrôle du président
sortant Laurent Gbagbo et du nord ex-rebelle, ont rapporté des habitants.
Il n`était pas possible dans l`immédiat de connaître l`origine de ces tirs.
"Des tirs à l`arme lourde ont commencé vers 20H00 (locales et GMT). Ils
venaient d`abord de l`entrée sud de la ville, avant de se déplacer", a indiqué
à l`AFP par téléphone une habitante, précisant qu`ils continuaient en milieu
de soirée.
Ses propos ont été confirmés par deux autres témoins, dont l`un a évoqué
aussi des tirs "sporadiques" de kalachnikov. "On est terrés chez nous", a
raconté l`un d`eux.
Des combats entre forces loyales à M. Gbagbo et ex-rebelles des Forces
nouvelles (FN) alliées à Alassane Ouattara, reconnu président élu par la
communauté internationale, avaient eu lieu mi-décembre dans cette ville située
en zone sud à une quarantaine de km au nord de Yamoussoukro, à la limite de
l`ancienne zone tampon qui séparait les deux ex-belligérants depuis 2003.
Les FN tiennent le nord du pays depuis leur putsch manqué de 2002.
Ces tirs surviennent alors que l`Union africaine a constaté en sommet à
Addis Abeba le désaccord entre les deux camps: l`UA a confirmé quelques heures
plus tôt jeudi l`élection à la présidence d`Alassane Ouattara, selon ce
dernier, mais le camp Gbagbo a rejeté cette décision et agité la menace d`une
reprise de la guerre civile.
Depuis trois semaines, des combats font rage dans l`ouest du pays entre FN
et forces pro-Gbagbo, tandis que la situation se détériore à Abidjan.
Dans un quartier chic d`Abidjan, la maison d`une personnalité du camp
Gbagbo, Damana Pickass, a été attaquée jeudi soir, notamment au
lance-roquettes, sans faire de tué, a-t-on appris de sources concordantes.
"Des individus non identifiés ont attaqué mon domicile avec des grenades
offensives, une mitraillette et un (lance-roquettes) RPG. Heureusement, je n`y
étais pas", a déclaré M. Pickass à l`AFP, ajoutant que son frère avait été
"blessé légèrement par des éclats de grenades".
Membre de la Commission électorale indépendante (CEI) qui avait organisé la
présidentielle contestée de novembre, M. Pickass avait acquis une célébrité
internationale en arrachant les feuilles de résultats partiels que s`apprêtait
à lire à la télévision le porte-parole de la CEI, dénonçant un "hold-up
électoral" au profit de M. Ouattara.
Cette scène est restée comme un résumé du contentieux électoral transformé
en une crise politique qui menace chaque jour davantage de plonger le pays
dans le chaos.
Selon le camp Ouattara, au moins une vingtaine de maisons de personnalités
de son bord ont été pillées ces derniers jours.
str-ck-tmo/ple  

       Source : ABIDJAN.NET / AFP

 

 

Commenter cet article