En Afrique du Sud, les émeutes se poursuivent à Ermelo

Publié le par sethkokohongrie

Nouvelle journée de violences urbaines mercredi 16 février dans un township près d’Ermelo, une ville minière située à 200 km à l’est de Johannesburg. Malgré un important dispositif policier, le calme n’est pas encore revenu. Les manifestants en colère réclament des conditions de vie décentes.

Les forces de l’ordre ont joué à cache-cache toute la journée de mercredi avec les émeutiers du Township de Wesselton près d’Ermelo.
Désormais, des policiers anti-émeute ont rejoint la police locale. Mais les affrontements ont tout de même continué, pour le troisième jour consécutif.

Tirs de balles en caoutchouc contre jets de pierres… gilets pare-balles et pneus brûlés ont alimenté de nouvelles scènes de guérilla urbaine.

Le directeur de la police nationale, Beki Cele est venu en personne sur place dans la journée… il a tenté d’apaiser les esprits, en parlant aux habitants. Il a indiqué que 160 policiers avaient été déployés dans le township, et que 124 personnes avaient été arrêtées depuis le début de la semaine pour essayer de rétablir l’ordre.

Il n’y a pas eu de nouvelle victime mercredi, mais la colère reste vive à Wesselton : chômage massif, pas d’électricité, pas d’eau courante, pas de logement décent. Les revendications ne sont pas nouvelles, elles alimentent régulièrement la colère dans les townships.

A l’approche des élections locales, prévues pour le mois de mai au plus tard, beaucoup espèrent ainsi se faire entendre. Sans se faire trop d’illusions toutefois : la corruption des élus locaux, selon eux, mine les efforts du gouvernement pour améliorer la vie des plus pauvres.
 

source: RFI

Commenter cet article