Événements post électoraux : Laurent Gbagbo et son épouse inculpés

Publié le par sethkokohongrie

gbagbo et simonLe procureur de la République, Simplice Koffi, a animé une conférence de presse hier, à Abidjan, pour annoncer l’inculpation de l’ancien chef de L’Etat, Laurent Gbagbo et son épouse Simone Ehivet.

Après la crise post électorale, le parquet d’Abidjan a, sur instruction du ministre de la Justice, ouvert une enquête. C’est dans cette lancée que le juge d’instruction a inculpé hier, 18 août, M. Laurent Gbagbo, pour crimes économiques et l’a placé en détention préventive. Il demeure sur place dans le local où il a été assigné à résidence, à Korhogo. Quant à son épouse, Simone Ehivet Gbagbo, elle a été inculpée, le 16 août et aussi placée en détention préventive. Elle sera incessamment transférée à la Maison d’arrêt et de Correction d’Odienné. Ainsi, toutes les personnes assignées à résidence par décret sont désormais sous contrôle judiciaire. Les visites et autres activités subséquentes sont soumises à l’appréciation du juge, a déclaré le procureur de la République. Concernant les infractions
d’atteinte à la sûreté de l’Etat, le médecin personnel de l’ancien Président, le docteur Blé Christophe a été inculpé et placé en détention préventive, à Korhogo. Pour ce qui est de l’enlèvement, de la séquestration et de l’assassinat de Yves Lambelin et de ses compagnons, hier, le général Dogbo Blé, ancien commandant de la Garde républicaine a été inculpé et placé en détention préventive.

Ainsi, l’information ouverte le 28 avril 2011, a permis d’inculper 13 personnes dont 4 miliciens, un officier général, 4 officiers, 2 soldats, tous de la Garde républicaine, un officier des sapeurs-pompiers militaires et un commissaire de police. Le Procureur de la République a noté que les enquêtes se poursuivent à ce niveau. S’agissant de l’information ouverte le 05 mai 2011 , elle a permis d’inculper et de placer en détention préventive 5 militaires de la Garde républicaine et un soldat du bataillon blindé. Poursuivant, ses propos, le procureur a annoncé que deux mandats d’Arrêt ont été lancés contre deux éléments de la Garde républicaine identifiés comme faisant partie des auteurs présumés
des faits.

Patrick N’guessan

 Source:Le Mandat


 

Publié dans Vue dans la presse

Commenter cet article