Frci - Toutes les casernes en alerte maximale

Publié le par sethkokohongrie

DéfenseLes ennemis veulent encore faire couler le sang des Ivoiriens. Mais Abidjan est sous contrôle. Et, ce depuis mercredi dernier. Toutes les casernes des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci), de la gendarmerie et de la police sont en état d’alerte maximale. Selon les services de Renseignements généraux, des individus mal intentionnés s’apprêtent à lancer de nouvelles attaques d’envergure contre les positions de l’armée à travers la capitale économique. Les sites névralgiques tels que la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca) et la Maison d’arrêt militaire d’Abidjan (Mama). Il s’agit pour ces derniers d’attaquer ces deux prisons en vue de libérer les détenus civils et militaires pro-Gbagbo. Pour ensuite leur remettre des armes pour continuer les attaques contre les Frci. C’est donc en connaissance de cause que des dispositions sécuritaires ont été arrêtées. Ainsi, le général de corps d’armée, Soumaïla Bakayoko, chef d’état-major des Frci, a émis un message n°3654-12/EMG/ DEO en date du 24 octobre 2012, autorisant le transfèrement immédiat à la Maison d’arrêt et de correction de Korhogo des 51 militaires pro-Gbagbo précédemment détenus à la Maca. «Nous avons renforcé la garde. Nous avons demandé aux éléments d’être beaucoup vigilants. Des informations nous parviennent selon lesquelles des individus ont infiltré Abidjan depuis le mois d’octobre. Ils s’apprêtent à endeuiller le peuple ivoirien. Nous sommes informés de leur présence. Nos hommes sont sur le terrain afin de les démasquer. Des personnes ont été déjà arrêtées. Elles sont à la disposition de la justice», a indiqué un officier supérieur proche de l’état-major général des Frci. D’après nos sources, ces assaillants veulent libérer Vagba Faussignaux, Bruno Dogbo Blé, Kipré Yagba pour ne citer que ces noms. Par ailleurs, nos interlocuteurs toujours sous le sceau de l’anonymat, indiquent que les agresseurs veulent aussi attaquer les villes de Bouna, de Katiola, de Boundiali, d’Odienné pour libérer les détenus tels que Affi N’Guessan, Bro Grébré, Jean Jacques Béchio, Aké N’Gbo, Alcide Djédjé, Simone Gbagbo. Une opération titanesque.
Bahi K.

Publié dans Afrique News

Commenter cet article