L’armée Française debloque dans le calme une provocation des patriotes à Port Bouet

Publié le par sethkokohongrie

 
Le stoïcisme des soldats français a eu raison de la provocation patriotique à leur endroit de ce mercredi à Port Bouet

:: Article de la rédaction de Koaci.com en Côte d’Ivoire ::

Plus d’une centaine de patriotes ont bloqué aux alentours de 12h15gmt ce mercredi la progression d’un convoi de la force française licorne dans la quartier de la de la cité universitaire de la commune de Port Bouet à Abidjan. Ce dernier empruntait cet axe pour regagner la base française localisée dans la commune.

Sous l’œil de populations spectatrices, les partisans de Laurent Gbagbo, issus de la cité universitaire de la commune qui abrite le camp dit du « 43e bima », ont tenté d’empêcher la circulation de 4 éléments blindés de l’armée française, présente en Côte d’Ivoire sous l’égide de l’accord de Ouagadougou comme force d’interposition de l’Onu.

Selon plusieurs témoignages concordants de jeunes étudiants présents, quatre kalachnikovs auraient été comptabilisées du côté des patriotes malgré le slogan « nous on se bat avec les mains nues » scandé par les manifestants enchaînant sur les champs de la campagne électorale en accord avec le brouah et la confusion ambiante.

Un renfort de la gendarmerie française venue du 43e bima est intervenu aux environs de 13h GMT en gazant le périmètre pour libérer le convoi. Ce dernier a écrasé au passage trois à quatre véhicules, que les jeunes patriotes avaient initialement dressé en barrage, pour rendre possible la libération de la voie.

Aucune victime ou autre blessé constaté, l’intervention se serait faite « proprement » et avec un sang froid remarquable des soldat français comme nous l’indique notre source estudiantine présente sur lieux au moment des faits qui pensait que le débordement allait être inévitable compte tenu de la provocation faite à l’endroit de la force française par les patriotes surexcités. Un bon nombre de ces derniers ont détalé désertant de fait le quartier à la vue de l’arrivée et de l’intervention de la gendarmerie Française.

Le calme est subitement revenu dans le quartier.

    SOURCE :  Amy, Koaci.com Abidjan
 
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article