Les activistes expulsés d'Israël accueillis en héros à Istanbul

Publié le par sethkokohongrie

gaza-turquie-m.jpgDes centaines de militants de la flottille à destination de Gaza ont quitté Israël par avion. Ils sont arrivés tôt ce matin à Istanbul où ils ont été accueillis triomphalement. Les corps des neuf activistes tués ont également été rapatriés.

Trois jours après l'assaut israélien meurtrier contre la flottille internationale au large de Gaza, la quasi-totalité des quelque 700 activistes a été expulsée d'Israël. Plus de 450 militants, dont une majorité de Turcs, sont arrivés très tôt ce matin à Istanbul. "Les avions sont arrivés avec beaucoup de retard, vers 2 heures du matin, raconte Assia Shehab, notre correspondante à Istanbul. Il y avait environ un millier de personnes à l'aéroport, surtout des proches. Les activistes ont tout de suite été emmenés vers l'institut médico-légal pour des tests de santé. Ils avaient l'air choqué." "Nous avons été apeurés, effrayés, enlevés et attaqués avec des navires de guerre pendant que nous apportions de l'aide au peuple de Gaza dans le besoin", raconte à sa descente de l'avion Mustafa Ahmet, un citoyen britannique d'origine turque.

Slogans anti-israéliens

Une vingtaine de blessés ont été emmenés à Ankara à bord de trois avions médicalisés alors que le président de l'IHH, l'organisation turque qui a organisé la flottille, dit être toujours sans nouvelles de trois membres de l’ONG, rapporte Assia Shehab.

Dans la soirée de mercredi, un grand rassemblement a réuni près de 10 000 personnes dans le centre-ville d'Istanbul. "L'ambiance était assez festive, il y avait des drapeaux turcs et palestiniens, précise Assia Shehab. La foule s'est dispersée après minuit."

gaza-bateau-m-copie-1.jpg"On attend maintenant les funérailles des quatre activistes turcs qui ont été tués lors de l'assaut, leurs corps sont arrivés hier soir, poursuit-elle. Elles devraient avoir lieu très rapidement, ce jeudi ou vendredi. Il pourrait y avoir de nouvelles démonstrations de colère à ce moment-là. Le gouvernement étudie toujours la possibilité d'un recours judiciaire contre Israël, selon le droit turc ou international, mais autrement il essaie de faire retomber la tension. Il avait posé un ultimatum à Israël pour que tous les ressortissants turcs soient de retour hier soir, et ça a été le cas."

Dans la nuit, une trentaine d'activistes grecs et trois Français ont atterri à Athènes, en Grèce. Une trentaine d'Algériens ayant participé à la flottille sont eux arrivés à Alger, en provenance d'Amman. A chaque fois, ces activistes ont été accueillis par des manifestants criant des slogans anti-israéliens. Mardi soir, Israël avait promis que la totalité des activistes arrêtés après l'assaut seraient libérés et expulsés sous 48 heures. "Le Premier ministre Benjamin Netanyahou est intervenu pour accélérer ces extraditions alors qu'une procédure est toujours en cours à la Cour suprême israélienne, explique Gallagher Fenwick, notre correspondant à Jérusalem. Des associations de droite voulaient que ces expulsions soient retardées pour que les militants soupçonnés d'avoir attaqué les commandos israéliens puissent être poursuivis."gaza-blockade.jpg

Mercredi soir, Benjamin Netanyahou a justifié le raid israélien, affirmant que le convoi était "une opération terroriste".

Briser le blocus "par tous les moyens"

Jeudi matin, Israël a rejeté la résolution du Conseil des droits de l'Homme des Nations unies approuvant la mise en place d'une "mission d'enquête internationale" sur le raid. Cette instance n'a aucune "autorité morale", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ygal Palmor. De son côté, Washington a indiqué mercredi que l'Etat hébreu devait mener lui-même l'enquête "crédible et impartiale" exigée par le Conseil de sécurité de l'ONU pour éclaircir les conditions de l'assaut et de la mort d'au moins neuf activistes. "Nous pensons qu'Israël est le mieux placé pour diriger cette enquête", a déclaré le porte-parole du département d'Etat, Philip Crowley.

Source: France24.com

Publié dans Vue dans la presse

Commenter cet article