LMP / RHDP : Les nouveaux barons

Publié le par sethkokohongrie

Dans la perspective de la présidentielle de 2015, la jeune garde des principales coalitions politiques, se positionne déjà. Au-delà de l’âge, les ‘’héritiers’’ des trônes comptent sur leurs assises financières pour arriver à bout de leur ambition.

RHDP

Ibrahim Cissé Bacongo
Au Rassemblement des républicains (Rdr), il est beaucoup admiré pour sa fougue, y compris par Alassane Ouattara. Directeur de cabinet du premier secrétaire général du parti, Djéni Kobina, jusqu’au décès de celui-ci, Ibrahim Cissé Bacongo a depuis gravi des échelons. A la faveur des périodes chaudes (1995- décembre 1999) qui ont vu la ‘’décapitation’’ du Rdr, il en était devenu l’un des principaux animateurs, n’hésitant pas même à participer à des émissions de débats. Subtilement, le secrétaire national chargé des affaires juridiques prépare, lui aussi, son ‘’accession au pouvoir’’. « Y a-t-il des inconvénients à ce qu’il ait des ambitions ? », répond-on, sans ambages, dans son entourage.

Hamed Bakayoko
Le ‘’fils’’ d’Alassane Ouattara est presque devenu incontournable dans l’appareil du Rdr. Grâce à la confiance placée très tôt, en lui, Hamed Bakayoko s’est bâti un empire financier qui le place sur la short liste des potentiels successeurs à Alassane Ouattara. Par-delà la direction qu’il aspire à prendre, Hambak ne cracherait pas sur le fauteuil présidentiel. Passé 2015, il faut donc compter avec l’ancien ministre des Nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Adama Bictogo
Surnommé le ‘’diamant noir’’, l’homme d’affaires, Adama Bictogo ne fait plus de mystères sur ses ambitions. « Je ne suis pas un serveur de thé, je partage le thé», confiait-il dans une interview qu’il nous a accordée le 14 octobre dernier. Même s’il ne paraît plus jouir de la même confiance placée en lui par Alassane Ouattara, Adama Bictogo peut compter sur ses moyens financiers et sur les excellentes relations qu’il entretient aussi bien avec les acteurs politiques ivoiriens qu’avec certains chefs d’Etat de la sous-région ouest-africaine.

Me Ahoussou Kouadio Jeannot
Sans faire de grands bruits, l’avocat d’Henri Konan Bédié s’est taillé un costume d’héritier. Depuis qu’il a été porté à la tête des cadres et élus du grand-Centre, sa puissance s’est d’ailleurs accrue, au point que certains observateurs l’ont vu en arbitre dans le duel Bédié-Banny. Sa nomination au poste de directeur de campagne d’Alassane Ouattara, désormais candidat du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) pourrait lui servir de tremplin, pour ses ambitions présidentialistes. « Laissez-le achever d’abord sa mission et puis, on verra », confiait, hier, une source proche de lui.

Patrick Achi
Au sein du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci-Rda), il s’en trouverait difficilement des gens, pour remettre en cause, les qualités de l’ancien ministre des Infrastructures économiques. Grâce à lui, le parti d’Henri Konan Bédié a repris du poil de la bête, en pays Akyé, menaçant même le Front populaire ivoirien (Fpi) dans ce fief. Selon toute vraisemblance, celui qui pourrait être promu porte-parole d’Alassane Ouattara, mettra dans le panier de ses prétentions, toutes ses expériences pour prendre le Pdci-Rda.

François Albert Amichia
Assurément, le maire de Treichville fait parti de la nouvelle garde de l’ancien parti au pouvoir. Tout aussi brillant que les autres potentiels successeurs à Henri Konan Bédié, François Albert Amichia devrait également surfer sur la vague du renouveau, à la tête du parti. Excellent orateur, on le dit brillant. Des arguments qu’il utilisera, en temps opportun, pour se positionner.

Noël Akossi Bendjo

Noël Akossi Bendjo se pose également en héritier en puissance du président du Pdci-Rda. En 1999, alors que sa cote grimpait, du fait du poste important de Dg de la Sir qu’il occupait, le maire du Plateau avait déjà exprimé ses ambitions, à travers le Mouvement des rénovateurs du Pdci-Rda. En bon stratège, il s’est mué en faiseur de roi, en soutenant le retour d’Henri Konan Bédié, après le coup d’Etat dont celui-ci a été victime en décembre 1999. De source proche du parti septuagénaire, Noël Akossi Bendjo s’attend au retour de l’ascenseur. Surtout qu’il appartient à un groupe ethnique (les Ebrié) dont l’influence sur le jeu politique n’est pas négligeable.

Dagobert Banzio
En plus de sa relative jeunesse et des moyens financiers qui font aussi sa force, l’actuel ministre des Infrastructures économiques peut compter sur son fief, l’Ouest où son parti ne rayonne plus depuis au moins dix ans.


Albert Toikeusse Mabri
L’avantage du président de l’Union pour la démocratie et pour la paix en Côte d’Ivoire (Udpci), c’est certainement son expérience. Dans le cadre de la transformation du Rhdp en parti, il a une longueur d’avance sur les nouveaux barons. Outre son âge qui constitue un atout, il dispose d’un levier, l’Udpci, qui lui a permis de jouer dans la cour d’Henri Konan Bédié et d’Alassane Ouattara.

KKB
Il n’a certes pas d’assises financières mais, son influence politique est indéniable. Kouadio Konan Bertin a un avenir dans le nouvel organigramme du Pdci qui va se dessiner, au moment où Henri Konan Bédié va passer la main car, l’appareil du parti (la Jpdci) qu’il a dirigé pendant plus de dix ans, est un tremplin dont il se servira pour atteindre le sommet. Il faudra compter avec lui.


LMP

Charles Blé Goudé
Il entend gravir les échelons d’une carrière politique. « (…) Je préfère prendre l’escalier au lieu de l’ascenseur. Je préfère être la mangue qui a pris tout son temps pour mûrir et non celle dont on a forcé la maturité avec des produits », justifiait-il l’accession méritoire, lors d’un meeting à Garango (Bouaflé) début avril 2007. Il est de ceux qui pensent qu’il faut avoir une histoire avec son peuple afin de le diriger aisément. On ne peut pas dire qu’il ne met pas ses tournées nationales à profit à cette fin. Pour avoir émergé de la majorité présidentielle, où il est directeur national-adjoint chargé de la mobilisation de la jeunesse (DncaJ), Charles Blé Goudé est bien engagé dans l’antichambre du pouvoir d’Etat. D’ordinaire, il est président du Congrès panafricain des jeunes et des patriotes (Cojep). Ex-secrétaire général de la Fédération estudiantine de Côte d’Ivoire (Fesci), il consacre sa vie civile à la direction d’une entreprise de communication.

Stéphane Kipré
Membre de Lmp, il se bâtit une carrière politique. Alors militant du Mouvement des forces d’avenir (Mfa) d’Innocent Anaky Kobena, Stéphane Kipré a assumé la présidence de la jeunesse de ladite formation. Installé à sa propre adresse politique, depuis 2007, il dirige l’Union des nouvelles générations (UNG). Ce jeune fougueux ambitionnent « bâtir une Côte d’Ivoire de nouvelles générations ». Il n’est pas excessif de lui prêter l’intention de briguer un jour la présidence. Puisque lui-même dévoile cette ambition à travers les lignes qu’il a écrites sur son engagement politique. « Cette Côte d’Ivoire des nouvelles générations repose sur une constitution de développement et une société de progrès consignées dans une vision qui ramène le développement au cœur du débat politique », peut-on lire sur le portail électronique de sa formation politique.

Simone Gbagbo
L’épouse du président Laurent Gbagbo a fait du chemin. Enseignante et syndicaliste avérée, depuis 1970, elle est l’un des piliers du Front populaire ivoirien (Fpi), son parti. Elle en est membre-fondateur. Le député qu’elle est pour la commune d’Abobo a un électorat à elle. Mais sa force, elle la tient de son pouvoir de décision au sein du Fpi. Dans la guerre de positionnement qui a secoué sa famille politique dernièrement, c’est souvent qu’elle a été citée comme la tête d’un clan. Charismatique à souhait, sa voix a maintes fois dominé des débats nationaux. Si une opinion nationale la présente comme l’ombre de sa moitié, cette opinion n’exclut pas que Simone Gbagbo puisse s’intéresser un jour au fauteuil présidentiel.

Mamadou Koulibaly
La Constitution fait de Mamadou Koulibaly, président de l’Assemblée nationale, le 2è homme fort du pouvoir. Avec ce profil il peut assurer l’intérim du président de la République, en cas de vacance de ce poste par décès, démission, empêchement absolu. Député, Mamadou Koulibaly a un électorat acquis. Au sein du Fpi dont il est le 3è vice-président, il peut compter sur des incontestables. Qui ont pris fait et cause pour lui dernièrement lors du conflit qui l’a opposé à son ‘’camarade‘’ ministre, Désiré Tagro. Décideur du Fpi, il est en pôle position pour discuter le leadership à l’avenir. Agrégé d’économie, Mamadou Koulibaly a son idée sur la bonne gouvernance qui détermine ses prises de position.

Kla Sylvanus
Le président du Conseil général de San Pedro est la pièce-maîtresse de Lmp dans le Sud-Ouest du pays. A la tête de l’agence des télécommunications, il s’est bâti un empire financier qui lui permet de faire de l’ombre à bien d’anciens.

Augustin Komoé
Dans le Zanzan, c’est lui l’âme de Lmp. La confiance que Laurent Gbagbo place en lui, en a fait, le tout-puissant ministre des Mines et de l’Energie. Un poste ‘’juteux’’ grâce auquel il est devenu incontournable dans sa région d’origine.


Marcel Gossio
Actuel directeur national de campagne de Laurent Gbagbo a Port-Bouët, Marcel Gossio est présenté comme un «intime» du couple présidentiel. L’homme est surtout un compagnon de longues dates de Laurent Gbagbo. Sur le terrain politique, il est reconnu comme un homme de mobilisation. Les performances qu’il réalise à la tête de la direction générale du Port autonome d’Abidjan lui confèrent un bon capital exploitable dans sa carrière politique.

Marc Dossa & Bidi Ignace

Source: Nord-Sud

Une vidéo de Seth Koko pour votre réflexion du jour

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos.

Publié dans Notre devoir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article