Obama veut restreindre le recours des Etats-Unis à l'arme nucléaire

Publié le par sethkokohongrie

obama-2.jpgLe président américain Barack Obama a dévoilé mardi 6 avril la nouvelle doctrine nucléaire des Etats-Unis, qui restreint les conditions dans lesquelles la première puissance mondiale serait amenée à utiliser l'arme atomique. Dans un rapport à paraître dans la journée, le pays s'engage à ne jamais utiliser l'arme nucléaire contre un adversaire qui ne la détient pas et qui respecte les règles du traité de non-prolifération nucléaire (TNP).

Mais "ça ne veut pas dire que ces Etats ne s'engageront jamais dans des actions profondément nuisibles à la sécurité des Etats-Unis, ce qui nous obligerait à intervenir, a précisé le président américain dans un entretien au New York Times. Et j'entends préserver tous les outils nécessaires pour garantir la sécurité du peuple américain". Le recours au feu nucléaire n'est ainsi envisagé que dans des "circonstances extrêmes". "Les Etats hors norme comme l'Iran et la Corée du Nord" seront des exceptions à la règle.

"OPTION DE RÉVISION"

Selon cette nouvelle doctrine, le "terrorisme nucléaire" représente "le plus grand danger et le plus immédiat", alors qu'"Al-Qaida et ses alliés extrémistes cherchent à se procurer des armes nucléaires". Le texte comprend une clause dite "option de révision" afin de répondre à une éventuelle attaque ou menace d'attaque biologique ou chimique potentiellement dévastatrice.

Cette révision – la troisième seulement sous cette forme depuis la fin de la guerre froide – affirme enfin que les Etats-Unis "ne produiront pas de nouvelles têtes nucléaires" et "ne conduiront pas d'essais nucléaires", mais elle proclame parallèlement la nécessité de moderniser l'arsenal.

L'annonce marque le coup d'envoi d'une dizaine de jours d'intense diplomatie, avec la signature jeudi à Prague par Barack Obama et le président russe Dmitri Medvedev d'un nouveau traité Start de réduction des armements nucléaires avec la Russie. Les deux pays ont convenu de limiter leur arsenal à 1 550 têtes stratégiques chacun. Les 12 et 13 avril, le président américain a également convié à Washington une quarantaine de dirigeants du monde pour discuter de sécurité et de non-prolifération.

Publié dans USA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article