Ponctualité des agents de la Fonction publique aux heures de travail / Les fonctionnaires au travail avant 7h30mn

Publié le par sethkokohongrie

Pressenti comme étant un travail herculéen à abattre, en avril dernier, la ponctualité aux heures de travail des agents et fonctionnaires de l`Etat exigée par le ministre de la Fonction publique, Gnamien Konan, semble être rentrée dans les habitudes des concernés. Un tour, lundi matin, au Plateau, centre des affaires de la capitale économique, nous a confirmé cette assertion. En effet, des tours administratives aux immeubles stratégiques (Immeuble Sciam, Immeuble Postel 2001, Immeuble de la Caisse de stabilisation) en passant par le District, c`est presque le même constat : nombreux sont les agents et fonctionnaires de l`Etat qui sont présents à leur poste, bien avant 7h30 mn. Reportage.
Il est exactement 6h10 mn lorsque nous arrivions devant le ministère de la Fonction publique. A cette heure matinale, c`est un agent que nous trouvons, Marius A. Ce dernier, résident à Bingerville dit être présent entre 6h et 6h30mn du matin au bureau. Peu après lui, arrivent une dame et un homme qui s`empressent aux environs de 6h 15mn de s`engouffrer dans l`ascenseur afin de se rendre dans leur service respectif. Dans presque tous les services que nous visitons, de nombreux agents étaient déjà à leur poste avant 7h30mn. Comme pour répondre à cet adage qui dit que "La charité bien ordonnée commence par soi-même".
A la trésorerie générale d`Abidjan Sud, aux environs de 6h, des retraités déjà présents sont assis sur des chaises disposées à l`entrée principale en attendant l`ouverture des caisses pour recevoir leur paie. A cette heure, pas encore d`agents en vue. Non loin de ladite trésorerie, quelqu`un nous conseille discrètement de venir à partir du 10 du mois pour faire le constat. "Les caissières à partir du 10 de chaque mois ne viennent plus à l`heure. Certaines mêmes viennent après 9h et repartent avant l`heure indiquée", nous indique-t-il sous le couvert de l`anonymat. Une information démentie par Mme Bilé, fondée de pouvoir à la Trésorerie générale Abidjan Sud que nous rencontrons. "Chaque 25 du mois, nous commençons à payer les pensions des retraités. Les caissières sont tenues de les payer et ne peuvent donc pas venir après 8h parce que le guichet est lié à la caisse". A l`en croire, les caissières qui sont ponctuelles aux heures de travail sont plutôt à l`intérieur de la circonscription financière et attendent l`approvisionnement des caisses. Une situation qui donne l`impression que "ça traîne". "Nous venons donc tôt mais nous descendons tard", a-t-elle signifié.

Vers une journée continue ?

Pour le trésorier général de la Trésorerie Abidjan Sud, Alifa Coulibaly, un cadre réglementaire a été fixé. Et cela se démontre par le chef qu`il est et qui doit donner l`exemple en venant à l`heure au travail. "Le dispositif est personnel. Le temps du bâton est terminé. Il faut donc une sensibilisation des agents pour une prise de conscience individuelle car on sort d`une situation de crise", nous a fait savoir Alifa Coulibaly.
Pour le respect des heures de travail fixé, à savoir 7h30mn à 12h30mn pour la matinée et 14h30mn à 16h30mn pour l`après-midi avec une pause entre 12h30mn et 13h30mn, de nombreux services et ministères relevant de la Fonction publique ont institué des cahiers ou fiche d`émargement. Ce cahier ou fiche qui est de plus en plus suivi avec la plus grande attention par les personnes compétentes telles que les inspecteurs généraux, permet de veiller sur la ponctualité mais aussi les retards de chaque agent. Si l`on s`en tient aux sources dignes de foi, le respect des heures de travail quoique pas encore officiel parce que non confirmé par un décret est à une phase d`expérimentation. Il serait toujours à l`ordre du jour, lors des conseils de ministres et serait en train de tendre vers l`option par le gouvernement de l`instauration de journée continue pour les agents et fonctionnaires de l`Etat.

Cinthia R Aka

Source:Le Nouveau Reveil

SETH KOKO TV


 

 

 

Publié dans News Abidjan

Commenter cet article