Poutine de retour au Kremlin

Publié le par sethkokohongrie

Vladimir Poutine s'est adressé à ses supporters, les larmes aux yeux.Le premier ministre russe a remporté l'élection présidentielle au premier tour, dimanche, selon les premiers résultats.

Pour la troisième fois, Vladimir Poutine va retrouver son fauteuil du Kremlin. Il obtient 63,9% des voix après dépouillement de 98,47% des bulletins de vote. Le communiste Guennadi Ziouganov arrive en deuxième position (17,2 % des voix), suivi par le milliardaire Mikhaïl Prokhorov (7,7 %) et le nationaliste Vladimir Jirinovski (6,2 %). La légitimité du scrutin a aussitôt été dénoncée par les opposants au régime, tandis que les observateurs indépendants signalaient de multiples falsifications. «Il s'agit des fraudes les plus massives que nous ayons connues dans toute l'histoire russe», a lancé l'ancien champion du monde d'échecs, Garry Kasparov, l'un des plus farouches opposants à Vladimir Poutine.

Devant une foule de près de 100.000 supporteurs réunis dans le centre de Moscou, ce dernier a immédiatement cherché à contrer ces critiques. Qualifiant la lutte électorale «d'honnête et ouverte», le premier ministre a remercié ses électeurs de ne pas avoir cédé «aux provocations politiques qui n'ont d'autre but que détruire l'État russe et d'usurper le pouvoir». «De tels scénarios ne se produiront pas sur notre terre», a-t-il souligné, les larmes aux yeux et le regard fiévreux. Après avoir appelé «tous les Russes à s'unir autour de notre pays et de notre patrie», il a crié: «Nous avons gagné, nous avons gagné.» Avant de conclure: «gloire à la Russie».

Plus tôt, l'association indépendante Golos, annonçait avoir reçu, depuis le début de la campagne électorale, plus de 3000 plaintes, dont 600 le jour du vote. «Ce n'est ni mieux ni pire que lors des élections parlementaires du 4 décembre», a déploré l'un de ses responsables, Andreï Bouzine. Ce dernier a notamment mis en cause le recours massif aux votes «délocalisés» permettant aux gens de voter dans des bureaux où ils ne sont pas enregistrés, les votes multiples et les «voyages» électoraux collectifs. Dans le quartier Medvedkovo, la chaîne d'information Diojd a filmé une foule d'ouvriers du métro déposés directement en car devant un bureau électoral. Des scènes identiques se sont répétées dans le centre de Moscou, où s'étaient rassemblés des électeurs venus de Briansk ou de Saransk, à 500 kilomètres de la capitale.

Fausse transparence

Afin d'apaiser la gronde des Moscovites née des précédentes élections controversées, Vladimir Poutine avait ordonné l'installation dans chacun des bureaux de votes de webcams, censées illustrer la transparence du scrutin. Mais au final, tout se passe comme si le scénario du début de l'hiver se remettait en ­place. «Ces élections ne sont ni honnêtes, ni justes, ni dignes», a commenté le leader communiste, Guennadi Ziouganov. Sans attendre les résultats, l'opposition a appelé à manifester ce soir sur la place Pouchkine. Ce rassemblement aura valeur de test pour la suite du mouvement.

La commission électorale a estimé que les plaintes des observateurs étaient non fondées. «Tout ceci va se disperser comme la lune dans le ciel du matin», a estimé le chef adjoint de la commission électorale, Stanislav Vavilov. LIRE LA SUITE)))

Publié dans Pays de l'Est

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

femme russe Bordeaux 08/11/2012 06:17


... No coment .