Processus de sortie de crise Simone Gbagbo à Lakota : “Il n’y a pas d’élection tant que le pays restera coupé en deux”

Publié le par sethkokohongrie

FPI-simone-gbagbo.jpgPrenant prétexte de la journée de reconnaissance et d’hommage à Laurent Gbagbo organisée le samedi 10 avril dernier, à la place François Lougah à Lakota par la Mpd-Sb (Mouvance présidentielle pour le développement du Sud-bandama) Simone Ehivet Gbagbo a indiqué populations dida-godié que tant que le pays restera toujours coupé en deux, il n’y aura pas d’élections. “Il y a des gens qui tiennent encore des armes en zones ex-occupées, ils bloquent une partie de la Côte d’Ivoire et continuent de piller les ressources ivoiriennes. Il faut qu’ils quittent ces zones-là. Il faut les conspuer jusqu’à ce qu’ils partent en vue de permettre la tenue des élections”, a martelé Simone Gbagbo qui a saisi l’occasion pour rappeler qu’aujourd’hui, pour le camp présidentiel, l’essentiel reste la tenue d’une présidentielle non précipitée, c'est-à-dire avec comme préalable, le désarmement des ex-rebelles, ainsi que l’audit des listes électorales en vue de permettre l’établissement d’une liste propre et fiable et le renouvellement des Cei locales. Car selon le Député d’Abobo, le peuple ivoirien qui n’est pas dupe attend l’organisation d’une élection juste pour porter à nouveau le Président Gbagbo au pouvoir. Le seul candidat qui, grâce à un programme cohérent et réaliste, est capable d’opérer, la modernisation de la Côte d’Ivoire et le développement de l’Afrique, considérés comme des défis majeurs à relever. Et c’est pourquoi l’oratrice a tenu à saluer le Fpi, le parti d’origine de Gbagbo, pour avoir trop tôt compris que leur leader est la perle noire de l’Afrique, une valeur sûre et ne pouvait demeurer éternellement un simple dirigeant de parti politique, en faisant de lui en 2000, le président de la République dans un combat qu’il a mené seul. Avant d’inviter les partisans de Pascal Affi N’guessan à davantage ouvrir leurs bras à ceux qui, venant eux aussi de comprendre le sens du combat de Gbagbo, arrivent aujourd’hui pour aider à démontrer à l’Occident, à l’Onu que pour la présidentielle à venir en Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo est le seul capable de garantir la sécurité et le développement véritable de la Côte d’Ivoire mais aussi l’Afrique dans son entièreté. “Il faut que le Rdr, le Pdci et l’ensemble de l’opposition soient démobilisés parce que, soutenus par l’Occident , ils nous tirent vers le bas. L’heure est venue de donner à l’Afrique sa dignité et sa vraie indépendance, 50 ans après l’indépendance”, a soutenu avec insistance Simone Gbagbo. La première Dame, le Ddc (directeur départemental de campagne) de Gbagbo à Lakota a expliqué que 59 600 pétitionnaires ont été enregistrés dans le département. Et que sur les 12000 cas jugés litigieux , plus de 85 % sont des militants du Fpi. Toutefois, Ernest Dally Zabo a souligné que malgré tout, l’espoir de voir Gbagbo gagner à un large score à lakota reste intact. Il a invité les dirigeants de la Mouvance présidentielle pour le développement du Sud-bandama ainsi que l’ensemble de tous les mouvements de soutien à Gbagbo dans la région à travailler en bonne intelligence avec les structures de la Ddc. Il a aussi souhaité qu’après des actions d’éclat, l’on passe à la sensibilisation de proximité parce qu’il y a encore partout, des voix à prendre. “Notre travail est justement d’aider Gbagbo à gagner. Car pour nous autres, il est le meilleur. Parmi les militants Pdci, Rdr. Certains ont encore honte et d’autres indécis. Ils viendront et ils sont déjà là. Nous ne venons pas pour prendre des places. Mais nous venons pour vendre Gbagbo aux côtés de nos frères du Fpi et aider à présenter aux élections locales de vrais candidats, capables de l’aider à mettre en pratique son programme. ”, s’est voulu rassurant Vincent Kragbé Gadou, président de la Mouvance présidentielle pour le développement du Sud-bandama. L’homme, membre du bureau politique du Pdci, ancien Député Pdci de Guitry et aujourd’hui conseiller spécial du Président Laurent Gbagbo a ensuite présenté officiellement le bureau exécutif de son mouvement, composé effectivement de nombreux anciens élus et cadres issus de l’opposition, surtout du pdci et dont le président local est Bernard Rabé Gboméné.

Par Notre Voie: Ibo Cheick Oumar

Publié dans Désarmement RCI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article