Radiation massive d’Ivoiriens à partir du « Fichier Cedeao » - De quel fichier de carte de séjour parle-t-on ?

Publié le par sethkokohongrie

Liste-electorale.jpgIl revient de façon récurrente dans les tribunaux, que les preuves fournies par les responsables du Fpi pour soutenir leurs demande en radiation de personnes sur la liste électorale sont des fiches de demandes de cartes de séjour pour ressortissants de la Cedeao. Alors question. De quel fichier Cedeao s’agit-il ? Il est, en effet, de notoriété publique qu’avant d’élaborer la liste électorale provisoire, des travaux préparatoires et réunions techniques se sont multipliés entre tous les acteurs du processus. Les structures impliquées dans le processus électoral ont présenté 1er 2009 au Premier ministre, Guillaume Soro le fichier-fusion. Comme son nom l'indique, il s'agissait d'un fichier unique résultant de la fusion de l'ensemble des fichiers retenus pour le croisement et devant servir de base d'authentification des données de l'enrôlement. La présentation et les tests qui ont suivi ont été jugés concluants. La Commission électorale indépendante (Cei) et ses partenaires techniques (Ins, Sagem, Oni, Cnsi) - dont les experts ont fait des démonstrations- ont réussi leur mission de fusion. De fait, la réunion a fait des tests de croisements à partir d'un échantillon d'enrôlés qu'on a fondus dans les fichiers fraîchement fusionnés. Objectif : établir qui est ivoirien et qui est étranger parmi les pétitionnaires concernés. Au total 12 fichiers historiques ont été retenus pour permettre d'authentifier les documents fournis lors de l'enrôlement. Ce sont : les fichiers des Cartes nationale d'identité (Cni) vertes, de la carte de séjour Cedeao et hors Cedeao, du recensement électoral de 90, de la révision de la liste électorale de 95, du recensement électoral de 98, des agents de l'Etat, de la solde des agents d'Etat. Il y a également les fichiers des journaliers de l'Etat, de la caisse de retraite, des naturalisations, des audiences foraines et ceux de la Cnps.
On le voit parmi ces 12 fichiers, qui ont été utilisés pour les croisements, figurait celui de la carte de séjour qui a permis d’extraire de la liste 49.708 personnes.
Il est donc fort étonnant et même bizarre qu’on découvre quelques mois après, dans la liste électorale provisoire, de prétendus détenteurs de cartes de séjour. A Divo où le juge, délibère en l’absence des personnes incriminées, il dit s’appuyer sur une liste d’étrangers détenteurs de cartes de séjour qui aurait été fournie aux requérants par l’Oni. Même son de cloche à Zuénoula où le Ddc de Gbagbo David, Kolou Bi Youan, et le fédéral Fpi, Tra bi Zaouli, ont produit une liste de 16 personnes ayant détenu des cartes de séjour. Comment est-ce possible ? L’Office national d’identification aurait-il tripatouillé le fichier Cedeao ? N’est-ce pas lui qui a fourni le fichier des détenteurs de cartes de séjour qui a permis d’extraire 49.000 étrangers du fichier après les croisements ?. Assurément, de deux choses l’une. Soit les responsables du Fpi qui brandissent des listes de cartes de séjour sont carrément de mauvaise foi ou l’Oni qui leur a transmis les présentes listes a fait de graves manipulations dans la pure tradition de la mafia. Dans tous les cas, les Ivoiriens ont besoin d’explication.

Traoré M. Ahmed

Source: L'expression

Une vidéo de Seth Koko pour votre réflexion du jour

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article