Sortie de crise en Côte d'Ivoire - Le Pnrrc poursuit la démobilisation

Publié le par sethkokohongrie

OKD.JPGLe programme national de réinsertion et de réhabilitation communautaire ne veut laisser aucun ex-combattant en rade. A cet effet, il sillonne différentes villes de la région des Savanes. Après Korhogo, Ferké, Ouangolo et Niéllé, les techniciens de Daniel Ouattara ont séjourné du lundi au jeudi derniers dans les départements de Boundiali et de Tengrela. « En venant ici, c’est une autre chance qu’on donne aux ex-combattants. Il s’agit d’une phase de ratissage», a révélé Koné Satigui, responsable de la communication au Pnrrc. Et d’ajouter : « Le Pnrrc est conscient que pour une raison ou pour une autre, certains ex-combattants ne pouvaient pas se rendre à Korhogo pour se faire démobiliser. On a voulu leur faciliter la tâche en venant les trouver où ils sont.» Grâce à cette phase de ratissage, les ex-combattants candidats à la démobilisation sont sortis massivement mardi dernier à Boundiali. «Comme vous le constatez vous-mêmes, je viens de me faire démobiliser. Vous savez que la guerre était à plusieurs niveaux, elle était aussi communicationnelle. Donc ne vous étonnez pas de me voir ici avec ma carte de démobilisé», a souligné Fous Kader, journaliste animateur radio à Boundiali. En attendant les chiffres précis de ce ratissage, le Pnrrc a mis à la disposition de la presse les résultats des autres sites de démobilisation, à savoir Korhogo, Ferké, Ouangolo et Niellé. Sur 2152 effectifs à traiter, 1074 ont été traités. Ce qui représente 49,91%. Par sexe, cela fait 1034 hommes contre 40 femmes. Et 724 parmi les ex-combattants démobilisés demandent à être suivis par le Pnrrc pour leur projet de vie. Réagissant aux résultats attendus, le responsable de la communication a laissé entendre que c’était satisfaisant. «Vous savez qu’après le profilage réalisé par le Pnrrc, beaucoup sont retournés dans les champs, il y en a qui disent ne pas être intéressés par nos projets de vie. Malheureusement, d’autres sont décédés. Donc en gros, nous sommes satisfaits», a-t-il souligné.

Mazola
Correspondant régional:
L'expression

Une vidéo de Seth Koko pour votre réflexion du jour

Inscrivez-vous dans la newsletter et Soyez le premier à visualiser nos prochaines vidéos.

Publié dans Vue dans la presse

Commenter cet article