Spécificités et bizarreries du système électoral britannique

Publié le par sethkokohongrie

Westminster_palace.jpgLes élections législatives se tiendront le 6 mai prochain au Royaume-Uni. Voici quelques éclairages sur le système électoral britannique, l’un des plus compliqués de la planète pour qui n’est pas sujet de sa Gracieuse Majesté...

Pourquoi la date des élections législatives n’est-elle pas déterminée à l’avance ?

Il n’y a pas de date fixe pour la tenue des législatives au Royaume-Uni, mais les députés britanniques (les "MPs", Members of Parliament) doivent être renouvelés tous les cinq ans. C’est au Premier ministre en poste qu’il revient de décider de la date du scrutin. L’actuel gouvernement travailliste étant au pouvoir depuis le 5 mai 2005, Gordon Brown avait donc jusqu’au 5 mai 2010 pour convoquer des élections.

Comment sont convoquées les élections ?

Le Premier ministre se rend au palais de Buckingham, où il demande à la reine de dissoudre le Parlement et d’autoriser la tenue d’élections dans un mois. La plupart des élections générales se tenant le premier jeudi du mois, les prochaines législatives auront donc lieu le 6 mai prochain. L’annonce de la dissolution du Parlement marque le début officiel de la campagne électorale, qui dure, ainsi, toujours 30 jours.

Qui peut voter ?

Tous les citoyens britanniques (les Anglais, les Gallois, Les Écossais, les Nord-Irlandais) ainsi que les ressortissants de la République d’Irlande et du Commonwealth qui résident au Royaume-Uni. Il faut avoir au moins 18 ans le jour de l’élection et être inscrit sur les listes électorales.

En revanche, les membres de la Chambre des Lords (la chambre haute du Parlement), les prisonniers ainsi que les citoyens ayant été condamnés au cours des cinq dernières années pour corruption ne peuvent pas voter.

Comment se déroule le scrutin ?

Le système électoral retenu pour les élections législatives britanniques est le scrutin uninominal majoritaire à un tour. Les électeurs ne votent qu’une seule fois et celui des candidats qui recueille le plus de voix remporte l’élection, même s’il récolte moins de la moitié des suffrages exprimés. Cela signifie qu’un parti peut être majoritaire à la Chambre des communes même s’il obtient moins de 50 % des voix sur l’ensemble du pays.

Chaque circonscription électorale envoie un seul député au palais de Westminster, où siège la Chambre des communes.

Un redécoupage électoral ayant été récemment effectué, 650 députés doivent être désignés le 6 mai 2010, contre 646 auparavant.

Qui forme le gouvernement ?

Le parti qui envoie à la Chambre des communes le plus de députés forme généralement le gouvernement. Mais si aucun parti ne dispose de la majorité absolue, les Britanniques sont alors confrontés à ce qu’ils appellent un "Hung Parliament" (littéralement  "Parlement suspendu"). Deux cas de figures se présentent alors : soit deux partis passent une alliance pour former un gouvernement de coalition, soit le gouvernement minoritaire essaie de former des alliances ponctuelles pour chaque vote.

Le dernier "Hung Parliamant" remonte à 1974, mais compte tenu du faible écart dans les sondages entre les travaillistes et les conservateurs, un nouveau Parlement de ce type est envisageable après le scrutin du 6 mai. Les libéraux-démocrates, le troisième grand parti britannique, joueraient alors le rôle d’arbitre.

Comment est désigné le Premier ministre ?

Généralement, le leader du parti majoritaire à la Chambre des communes est désigné Premier ministre. Gordon Brown est, lui, devenu Premier ministre en 2007, Tony Blair ayant démissionné deux an et demi après la victoire des travaillistes aux législatives de 2005.

Publié dans Europe

Commenter cet article